Neo-Geo Fans  
Précédent   Neo-Geo Fans > LE FORUM > .: AUTRES JEUX VIDEO
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Marquer les forums comme lus

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 27/10/2022, 23h25   #12616
Shû Shirakawa
Illusive Man
 
Avatar de Shû Shirakawa
 
Date d'inscription: décembre 2003
Localisation: La Giars
Messages: 17 908
Mise à jour pour TamTam.

Et au passage, j'ai mis les liens en spoiler. Je ne sais pas si vous trouvez cela mieux, étant donné que les liens apparaissent malgré les balises.
Shû Shirakawa est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/10/2022, 21h34   #12617
Shû Shirakawa
Illusive Man
 
Avatar de Shû Shirakawa
 
Date d'inscription: décembre 2003
Localisation: La Giars
Messages: 17 908
Mise à jour, avec les premiers symboles renvoyant directement aux messages.
Encore merci à Volkof pour cette suggestion on ne peut plus discrète.

J'ai fini Mafia: Definitive Edition sur PS4.
Sorte de Grand Theft Auto sauce prohibition des années 30, mais sans toutes les possibilités secondaires, c'est pour cette raison qu'on n'a pas de compteur d'argent vu qu'on n'a aucune activité pour le dépenser, ou pour épargner. Non ici à part tabasser gratuitement des gens ou leur voler leur véhicule, on n'aura aucune tentation de sortir du tracé du scénario.
N'ayant jamais joué à l'original (c'est ici un remake d'un jeu sorti début des années 2000), je ne pourrai pas comparer, mais j'ai aimé l'histoire qui, vu le titre, ne pouvait se passer de trahison, de lutte de pouvoir entre gangs mafieux, de règlements de compte, etc.
Découpé en 20 chapitres assez courts, on ne voit pas le temps passer. On va s'attacher aux différents personnages du clan Salieri, très loin d'être aussi dominateur que le rival aux dents longues. C'est intéressant de voir ce gang qui essaie de faire son business "humblement", qui refuse par exemple de tremper dans le trafic de drogue, glisser progressivement sur la mauvaise pente.
La réalisation est vraiment superbe pour de la PS4. Le travail sur les visages est assez fabuleux. Toutes ces imperfections cutanées procurent un rendu on ne peut plus réaliste. Les environnements ne sont pas forcément aussi travaillés selon les zones de la ville, mais dans l'ensemble on en prend plein les yeux.
Le gros problème du jeu, c'est sa jouabilité. Les gunfights sont très classiques (se mettre à couvert principalement) et les phases de conduite catastrophiques, surtout avec les premiers véhicules. Là je ne voulais manquer aucun dialogue donc j'ai toujours conduit jusqu'à destination, mais je sais déjà que lors de ma prochaine partie, j'utiliserai l'option pour passer les trajets. Après quand on se remet dans le contexte, c'est tout à fait logique que les voitures de cette décennie soient de véritables savonnettes, qui de surcroit se trainent lamentablement pour de nombreux modèles. Elles ne peuvent pas avoir la tenue de route ou la puissance de ce qu'on a l'habitude de manier, mais cela rend ces phases très crispantes, un comble puisqu'elles représentent la moitié du jeu. On sait qu'on peut finir dans le décor à chaque virage si on ne ralentit pas un minimum.
Je vais terminer de collecter toutes les babioles disséminées dans la ville, puis j'attaquerai donc le mode classique, où je m'attends au pire sur quelques phases (l'aérodrome entre autre, et la "célèbre" course du chapitre 5), car même en normal, on peut mourir vite.
Shû Shirakawa est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 31/10/2022, 10h40   #12618
Adol
Fullsetteur
 
Date d'inscription: septembre 2002
Messages: 9 625
- Roar of Revenge (Nintendo Switch) 30/10/2022
Merci à TamTam13 pour l'info, du coup je me suis laissé tenter, fini vite fait avec la bonne fin
Tout a été dit, c'est assez simpliste, mais ca se joue sans problème, et à son petit prix ca valait la peine.
Adol est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 31/10/2022, 19h06   #12619
TamTam13
生きることは戦うことさ
 
Avatar de TamTam13
 
Date d'inscription: mars 2005
Localisation: non, pas là
Messages: 6 046
Citation:
Posté par Adol Voir le message
- Roar of Revenge (Nintendo Switch) 30/10/2022
Merci à TamTam13 pour l'info, du coup je me suis laissé tenter, fini vite fait avec la bonne fin
Tout a été dit, c'est assez simpliste, mais ca se joue sans problème, et à son petit prix ca valait la peine.
Peut-être que tu apprécieras celui-là alors...


Super Cyborg (XBo) 30.10.22 (normal)

Attention : plagiat !
Ça ressemble à du Contra (nes), ça se joue (presque) comme du Contra, c'est dur comme du Contra, et ce n'est pas (totalement) du Contra.

Graphiquement vilain avec ses couleurs criardes et mal choisies, sa résolution d'antan et sa direction artistique discutable, on est là sur un "hommage" plus qu'appuyé.
L'honneur est sauf car on dirige non pas nos amis Bill et Lance mais de fiers et dociles cyborgs. Comment ça c'est ce qui avait été fait en Europe pour contourner la censure ?? ....
Bref.

Run & Gun à l'action trèèèèèèès soutenue, die & retry à l'ancienne où chaque nouvelle partie permet de pousser un petit peu plus loin. On meure et on apprend.

Le challenge reste élevé en normal même avec des crédits infinis où on ne nous renvoie pourtant qu'au début du dernier niveau atteint avec le plein de vies (3)
Les armes sont elles aussi rippées de Contra et le Spread gun sera votre meilleur allié (en dehors d'un 2e joueur).

Il ressemble tellement à Contra que je vais surtout souligner ce qui diffère :
- quelques armes manquantes / maquillées
- une seule arme en main, aucun swap possible entre 2 (perte à la mort)
- chaque arme a un tir chargé
- pas de méga bombe pour se sortir de situations ardues
- impossibilité de descendre d'une plate forme avec l'habituel + saut
- affichage 16/9e


Ce qui est moins réussi que Contra :
- la DA
- le sound design (mais les musiques chiptunes sont bien)
- un niveau en vue de dessus (façon mode 7 de Contra snes) totalement foiré : 6è sur les 7 niveaux que compte le titre, on peut tirer seulement dans 8 directions mais les ennemis se calent pile entre 2 de ces directions. Or la rapidité et la maniabilité de nos persos dans cette phase est exécrable. Ce niveau est une catastrophe et a failli me faire arrêter de jouer
- dans les niveaux scrolling vertical, des problèmes de sauts qui déclenchent le scrolling et font disparaître la plate-forme de départ, engendrant la mort... (quoique similaire à certains Contra me semble-t-il)

Pour le reste, sincèrement, c'est un plaisir absolu à jouer pour tout amateur de Contra.
N'ayant pas fini Blazing Chrome, je ne saurais dire lequel est le plus "legit". Évidemment, graphiquement, il n'y a pas photo... mais on voit au générique beaucoup de noms revenir sur plein de postes, laissant entrevoir une équipe très réduite au travail durant les 9 années (date du 1e trailer) apparentes de gestation du titre. Et franchement, à prix doux (~4€ selon les proms), il vaut le détour.

Et puis, si on râle d'avoir des putains de cyborgs, une fois le jeu terminé, on nous propose un humain... allez le voir, vous allez adorer l'originalité de son design !

Trailer originel (2013)



Traler sortie PS4 (2022)

Dernière modification par TamTam13 14/01/2023 à 13h59.
TamTam13 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/11/2022, 18h51   #12620
kurush75
 
Avatar de kurush75
 
Date d'inscription: octobre 2010
Localisation: Paris
Messages: 1 775
Kena: Bridge of Spirits (PS5) 31.10.22

Premier “vrai” jeu terminé sur PS5, si l’on met de côté Astro’s Playroom qui sert surtout de vitrine à la DualSense… Kena m’avait tapé dans l’œil lors de sa présentation en juin 2020, pendant le Showcase PlayStation 5. J’y avais alors vu un véritable film d’animation interactif et je m’étais promis d’y jouer rapidement après avoir fait l’acquisition de cette console. Kena a été retardé à maintes rerprises, et est sorti finalement à l’automne 2021, il y a un an environ donc.

Il s’agit de la première œuvre vidéoludique de Ember Lab, un studio indépendant basé en Californie et fondé en 2009. Il est surtout connu pour la qualité de ses animations, dont un court métrage inspiré de Zelda Majora’s Mask.



Vous incarnez Kena, une ravissante jeune femme qui exerce un métier pas banal. En sa qualité de guide des esprits, elle aide les âmes tourmentées à passer du monde des vivants vers l’au-delà. Sans trop en dévoiler sur le scénario, vous devrez venir en aide à 3 esprits corrompus en mettant la main à chaque fois sur 3 reliques différentes, avant d’affronter chacun des spectres. Vous devrez également accéder à un temple logé dans une montagne sacrée en toute fin de jeu…

En pratique, Kena est à ranger dans la catégorie des jeux d’Action/Aventure/Exploration. L’influence de Zelda Breath of the Wild est manifeste (j’y reviendrai un peu plus tard), mais contrairement à ce dernier, vous évoluez dans un monde semi-ouvert et vous buterez souvent contre des murs invisibles…

Vous disposez d’une arme principale, le bâton (coup faible avec R1, coup fort avec R2) qui évoluera par la suite. En appuyant sur L1, vous activez un bouclier qui, déployé avec un timing précis, peut également faire office de parade. La fonction L1 permet également d’activer une capacité spéciale de Kena, pour scanner les alentours et déceler des items cachés. Pour compléter sa panoplie, elle peut réaliser un saut, un double-saut et des esquives. Enfin, elle peut nager ou encor faire de la grimpette, en s’accrochant à des corniches balisées, similaires à celles que l’on escalade dans Uncharted.

Une grande partie de l’intérêt du jeu réside dans les Rot (non je ne parle pas des éructations !), des esprits de la forêt mignons tout pleins que l’on croirait tout droit sortis d’un anime des studios Ghibli. Vous pouvez les contrôler et même leur donner des ordres divers et variés (grâce à la touche carré) : cibler un ennemi, vous faire regagner des points de vie en activant une fleur de santé, déplacer des objets pour accéder à des zones en hauteur, ou bien encore purifier les lieux (la corruption gangrène la nature environnante dans Kena). Plus tard dans le jeu, vous aurez même accès à plusieurs reprises à des larmes de la forêt qui restaurent temporairement les Rot à leur forme d’origine. Dans cette forme (qui s’apparente à un dragon chinois), les Rot peuvent momentanément attaquer les ennemis, détruire les barrières et dégager la corruption.

Les Rot sont en général bien planqués et vous aurez tout intérêt à en dénicher le plus possible. Ils ne font pas seulement office de simples gadgets, contrairement aux noix Korogu dans Zelda BOTW… La chasse aux collectibles n’a pas été oubliée pour autant. Vous pourrez débloquer tout un tas de chapeaux (que l’on obtient contre des cristaux, la monnaie du jeu) afin de customiser vos Rot (cf. photo ci-dessous). A la manière d’un Tamagotchi, vous pouvez également interagir avec vos compagnons sous formes de petites actions simples : faire un bisou, éternuer, etc…



D’une manière générale, je vous conseille vivement de débloquer autant d’améliorations que possible, certaines étant quasiment indispensables pour venir à bout des boss (le marteau Rot notamment). Vous ne pourrez pas les spammer abusivement lors des combats, puisque les sphères jaunes nécessaires à leur activation sont en quantité limitée et mettent du temps à se remplir (en tuant les mobs de base). Les compétences s’acquièrent au fur et à mesure grâce aux points de Karma. Vous obtiendrez ces derniers en nourrissant vos Rot, en détruisant les zones corrompues, en libérant un sanctuaire ou bien encore en replaçant des statuettes de pierre dans leur emplacement d’origine.

Si le gameplay peut sembler basique à première vue, il s’étoffera par la suite avec de nouvelles compétences, dans l’ordre chronologique :
- Un arc qui vous permet de résoudre certaines mini-énigmes, de ralentir le temps (en plein combat, lors d’un saut, l’action se déroule en slow-motion pendant quelques secondes), de vous balancer de fleur en fleur comme s’il s’agissait d’un grappin.
- Des bombes occasionnant des dégâts élevés. Elles peuvent également être utilisées sur certains amas de pierres pour reconstruire temporairement des ponts/plateformes, bouger des gros blocs de pierre, une fonction qui deviendra très vite indispensable pour mener à bien votre progression.
- L’élan, un dash vous servant à esquiver des attaques, traverser certains portails spécifiques ou encore attaquer un type d’ennemi particulier, les spectres.

Le bestiaire de base se révèle globalement assez peu varié mais il sera nécessaire d’étudier les ennemis, certaines ne pouvant être défaits que grâce à vos capacités spéciales (arc, bombes ou dash). Mine de rien, cela apporte un peu de piment et de réflexion aux nombreux combats qui agrémentent le jeu.

Pas besoin de m’étendre trop longuement sur la direction artistique du jeu : elle est de toute beauté, digne des meilleurs Pixar ! La promesse a vraiment été tenue concernant l’aspect visuel. On en prend vraiment plein les mirettes. L’univers, très asiatique et animiste dans l’esprit, est enchanteur et invite à la contemplation (cf. mes nombreux screenshots) et les effets de lumière en mettent plein la vue. Les cinématiques ne sont pas en reste et le peu d’indications à l’écran (un peu comme dans Ghost of Tsushima) contribue à renforcer l’immersion. Les environnements évoluent au fur et à mesure de votre progression : les forêts sombres et mystérieuses laissent la place à des plaines et des champs, puis à des montagnes enneigées… Il existe 2 modes graphiques différents, comme dans bon nombre de jeux PS5 : Résolution (version 4K native à 30fps) ou Performance (4K adaptative à 60bps). Privilégiez plutôt le second pour un confort accru !

La bande-son, envoutante s’inspire de sonorités et d’instruments indonésiens (balinais notamment). Les compositions sont empreintes de spiritualité et insufflent une ambiance zen au titre lors des phases d’exploration. A l’opposé, lors des combats dans les zones corrompues, les mélodies s’avèrent beaucoup plus sombres…

Le village fait office de hub central, vous y reviendrez souvent pour terminer les épreuves du sanctuaire des masques ou les mini-quêtes annexes qui se débloquent en récupérant les courriers des esprits. L’exploration est souvent récompensée : acquisition de nouveaux Rot, nouvelles tenues pour Kena, nouveaux chapeaux pour les Rot, lieu de méditation augmentant votre barre de santé, pierres de charme disséminées sur la map pour augmenter les capacités de Kena, lui conférant des avantages uniques au combat. On pourra regretter l’absence de marqueurs sur la map, pas idéal pour se repérer…

La DualSense aurait gagné à être mieux exploitée. Seul le retour des gâchettes et les vibrations associées s’avèrent convaincants quand vous bandez votre arc. La manette se met également à vibrer lorsque vous êtes proche d’un Rot caché. Sympathique mais un peu chiche…

Tout comme dans Zelda BOTW, les énigmes sont essentiellement basées sur la physique des objets. Les combats se rapprochent également de ceux du hit de Nintendo, notamment avec la possibilité de ralentir le temps avec son arc en plein saut, ou encore des ennemis dont il faut détruire les boucliers à l’aide d’un coup fort avant de pouvoir leur infliger des dégâts. Dommage que la physique ne suive pas toujours, avec des bugs de collision qui font un peu tâche…

Côté durée de vie, comptez une dizaine d’heures pour le finir en ligne droite et pas loin du double pour le plier à 100% (i.e. récupérer tous les collectibles, terminer toutes les épreuves du sanctuaire des masques : combats, tir à l’arc, parcourcs, etc). Par contre, ne faites pas la même erreur que moi : une fois le boss final détruit, tous les ennemis de la map disparaissent. Vous êtes donc bon pour un New Game +… Frustrant !

Ne vous fiez pas à l’ambiance enfantine du jeu. Les combats offrent un réel challenge, notamment les boss, souvent très retors (c’est particulièrement vrai pour le boss final qui m’en aura fait un peu baver !). Version éduclorée de ceux d’un Dark Souls, il faut trouver leurs points faibles, tourner autour et abuser des esquives, des dash et des capacités spéciales de vos Rot.

Voici le déroulement complet du jeu (hors mini-quêtes annexes) avec la trame scénaristique :

Premiers pas (Les Ruines / Le village et la recherche de Taro / Chemin vers la Montagne de Rusu)







Le masque de Taro





Le masque d’Adira







Le masque de Toshi







Affrontement final + Cinématique de fin







En conclusion, « Kena: Bridge of Spirits » n’est peut-être pas la méga-claque attendue et espérée mais cela reste une belle prouesse, surtout pour un tout premier jeu ! Etonnamment exigeant, il propose des combats très plaisants et une DA inattaquable. En fin de compte, il ne réinvente pas la roue mais est pétri de bonnes intentions et fait les choses très bien dans l’ensemble. Je lui reprocherai quand même une histoire pas folle, son côté routinier et redondant (voire très répétitif), des personnages pas super marquants et peu travaillés (on en apprend au final assez peu sur le background de Kena). Oubliez l’édition Deluxe qui pour 10€ de plus que l’édition standard est totalement dispensable : la bande-son originale, un bâton argent unique pour Kena et un skin doré de Rot, c’est maigre… En tout cas, essai transformé pour Ember Lab. Je suivrai leurs prochaines productions avec beaucoup d’attention et d’intérêt !

Ma note : 16.5/20

kurush75 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/11/2022, 23h24   #12621
segaddict
casseur de boite à kinder
 
Avatar de segaddict
 
Date d'inscription: décembre 2010
Localisation: Montpellier/Dublin
Messages: 2 917
Ori and the Blind Forest (Switch) 15/10/2022


Bon, j'étais pas prêt...




J'ai acheté ce jeu pour le Noel de ma compagne, et on avait pas trop eu de temps pour s'y consacrer. Un week end un peu au calme, et on se lance.

Bon l'intro me prend comme un coup de pied dans les burnes, l'émotion monte et une larme aussi. Je sais pas pourquoi, je crois que c'est mon côté connard fragile. C'est beau, simple et triste. Ca fait mouche et j'ai pas encore commencé à jouer.

On va faire simple, c'est l'histoire de la pureté qui meurt à petit feu. Un hymne à la mélancolie, un voyage ou l'espoir est une luciole qu'on chasse. Pourtant c'est magnifique, les graphismes sont une œuvre à eux seuls, le terme de "tableaux" prend tout son sens ici, visuellement ca cogne tellement que finalement tu te demandes à quoi sert de viser une image toujours plus réaliste dans le JV puisqu'elle n'égalera jamais la beauté de l'imagination.

Pour accompagner cet envoutement visuel, la musique, mais bordel la musique!! chaque son est à sa place, chaque instant est une symphonie qui magnifie cette œuvre visuelle.

Le gameplay est à la hauteur du reste, riche exigeant, tellement bien animé que tu vas mourir, beaucoup mourir, mais comme tu sais que c'est parce que tu es une merde, et en aucun cas la faute du jeu, tu ne te frustres pas, tu te sors les doigts, parce que t'as une mission à accomplir, et que t'es pas une salope, tu vas pas abandonner Ori, et on va aller faire ce qu'on a faire!

La durée de vie est tout a fait bonne pour un métroidvania, selon ton niveau de skill prévois entre 10 et 15h.

y'a quelques mini défauts (par exemple les graphismes sont si beau et la luminosité parfois si intense, que tu peux te faire toucher par une saloperie sans le voir)

Mais franchement, un chef d'oeuvre qui vaut son prix, qui te fait voyager, qui te fera ressentir quelque chose et peut être même naitre un semblant de respect pour la nature, va y jouer! une vraie expérience, un ode à l'espoir désenchanté, une symphonie à la mélancolie, et un hommage à la beauté simple.

Bientôt je vous parle du 2, et croyez moi vous êtes pas prêt non plus...
segaddict est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/11/2022, 23h43   #12622
DANTE2405
Backpacker
 
Avatar de DANTE2405
 
Date d'inscription: octobre 2006
Localisation: en dessous, la tête en bas
Messages: 6 744
Deux de mes metroidvania préférés. Dans mon top 10 du genre et la concurrence est rude.
DANTE2405 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/11/2022, 13h22   #12623
LCS
 
Avatar de LCS
 
Date d'inscription: novembre 2004
Messages: 11 104
Les deux Ori sont des chef-d’œuvres. Vivement le 3 ! Car oui, spoiler, il y aura un 3 !
LCS est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/11/2022, 10h30   #12624
TamTam13
生きることは戦うことさ
 
Avatar de TamTam13
 
Date d'inscription: mars 2005
Localisation: non, pas là
Messages: 6 046
Citation:
Posté par LCS Voir le message
Vivement le 3 ! Car oui, spoiler, il y aura un 3 !


@segaddict : le 2e est encore plus réussi niveau gameplay, à te faire réaliser que finalement le 1e n'était pas si parfait que ça à ce niveau alors que tu ne t'en était même pas rendu compte. en dehors de ça, les 2 sont excellents et totalement mêlés dans ma mémoire.

@Kurush75 : t'es à 2 doigts de me faire jouer à Kena... vil tentateur !

Dernière modification par TamTam13 04/11/2022 à 10h37.
TamTam13 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/11/2022, 12h12   #12625
LCS
 
Avatar de LCS
 
Date d'inscription: novembre 2004
Messages: 11 104
Citation:
Posté par TamTam13 Voir le message
La fin du 2ème opus annonce très clairement une suite…
LCS est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/11/2022, 13h28   #12626
Shû Shirakawa
Illusive Man
 
Avatar de Shû Shirakawa
 
Date d'inscription: décembre 2003
Localisation: La Giars
Messages: 17 908
Mise à jour pour tous ces messieurs.
(Plus d'autres anciens.)
Shû Shirakawa est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/11/2022, 20h36   #12627
TamTam13
生きることは戦うことさ
 
Avatar de TamTam13
 
Date d'inscription: mars 2005
Localisation: non, pas là
Messages: 6 046
Citation:
Posté par LCS Voir le message
La fin du 2ème opus annonce très clairement une suite…
ah, j'avais cru louper une annonce officielle
TamTam13 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/11/2022, 00h42   #12628
Shû Shirakawa
Illusive Man
 
Avatar de Shû Shirakawa
 
Date d'inscription: décembre 2003
Localisation: La Giars
Messages: 17 908
Mise à jour.

J'ai fini le neuvième (et dernier logiquement) DLC de niveaux hommage de R-Type Final 2.
Pour cette ultime brochette, nous avons :
- Le stage 4 de R-Type. Bizarrement, on est très éloigné de l'original car on se retrouve dans un environnement façon réalité virtuelle (fils de fer, couleurs arc-en-ciel...). Tout le sel de ce niveau réside dans les ennemis qui laissent des pastilles sur leurs trajectoires.
- Le stage 6 de R-Type Delta. Là par contre c'est on ne peut plus fidèle, l'ambiance de contamination organique par la Bydo est très réussie.
- L'ensemble des trois Areas finales d'Image Fight. Le passage à l'horizontale est aussi bien accompli que celui qu'on avait déjà eu (avec son horrible boss). Évidemment, c'est du Image Fight, donc avec une certaine difficulté (là je pense à ces pourritures de petites tourelles, quand on joue dans les modes supérieurs, il y en a toujours une pour survivre et vous sniper).
- Et cerise sur le gâteau, un quatrième stage, un peu caché (encore un ennemi clé comme dans le stage 5.0 de la route originale) : le stage F-B de R-Type Final, celui où l'on se retrouvait plus ou moins dans le camp ennemi. Ici la grosse différence (outre la musique qu'ils n'ont pas repris, dommage) est que le vaisseau R-9 qu'on affronte au bout va changer plusieurs fois de type de Force ! Le standard, celui du Dantalion, celui du Charon... ce qui change totalement les tirs à éviter.
Beau bonus, même si je l'ai dit plusieurs fois, j'aurais vraiment aimé qu'ils incluent le stage F-A tôt ou tard dans tous ces DLC puisque c'était le meilleur stage final. Là, en guise de conclusion surprise comme ils l'ont fait avec le F-B, cela aurait été parfait.

Dernière modification par Shû Shirakawa 06/11/2022 à 00h47.
Shû Shirakawa est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/11/2022, 14h22   #12629
TamTam13
生きることは戦うことさ
 
Avatar de TamTam13
 
Date d'inscription: mars 2005
Localisation: non, pas là
Messages: 6 046
Donc si je comprends bien, on se retrouve tous DLC compris, avec des niveaux encore manquants par rapport aux différents R-type sortis depuis sa naissance ?
A-t-on déjà entendu parler d'une version physique "ultime" incluant les dlc ?
TamTam13 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/11/2022, 14h59   #12630
Shû Shirakawa
Illusive Man
 
Avatar de Shû Shirakawa
 
Date d'inscription: décembre 2003
Localisation: La Giars
Messages: 17 908
Pour ce qui est des niveaux, oui il en manque plein, mais je pense que cela n'a jamais été leur intention (de reproduire tous les stages de tous les épisodes).
Il faudrait encore je ne sais combien de DLC pour y parvenir de toute façon.

La version ultime incluant tout sera sur PS5 l'année prochaine ; on sait qu'ils la nommeront carrément R-Type Final 3, ce qui crée une certaine polémique. Après en sortie physique, oui c'est possible.
Shû Shirakawa est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 21h44.


Édité par : vBulletin® version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2023, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
Neo-Geo Fans !