Neo-Geo Fans  
Précédent   Neo-Geo Fans > LE SITE > .: DOSSIERS
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 11/09/2010, 20h27   #1
Neogeofans
[Simple Membre]
 
Avatar de Neogeofans
 
Date d'inscription: avril 2002
Messages: 3 450
[DIVERS] La Neo·Geo fait son cinéma



Si tout le monde connaît les adaptations de film en jeu vidéo (et même la Neo·Geo n'y échappe pas), il en est autrement des références ponctuelles faites au septième art. Tantôt discrètes, tantôt criantes, ces similitudes entre cinéma et jeu vidéo concernent à peu près toutes les consoles. C'est bien évidemment sur les rapports entre la Neo·Geo et le cinéma que nous allons nous pencher.

Ce sera l'occasion, bien sûr, de revisiter des jeux plus ou moins cultes de la Neo·Geo, mais surtout d'évoquer des films et personnages de cinéma, avec pas mal de variété au programme. De Full Metal Jacket à Starship Troopers, avec un détour par Terminator et Shining, ce dossier vous propose de redécouvrir les jeux Neo·Geo avec un autre angle d'approche.

Comme toujours, certains pourront trouver que telle analogie est inexacte ou que telle autre relève du n'importe quoi. Il y a bien entendu une part d'interprétation, les recherches ne pouvant être confirmées de façon indiscutable. Il n'empêche que la plupart des similitudes présentées ont de quoi faire penser à une inspiration ou à un clin d'œil.

Calez-vous confortablement dans votre siège, piochez une bonne poignée de pop-corn et éteignez votre téléphone portable, la séance commence.


Baseball Stars Professional

Dans ce jeu il y a une équipe du nom de "Super Stars". En examinant la liste des joueurs, on s'aperçoit qu'en effet il s'agit d'un casting très cinématographique.


Certains sont ressemblants, d'autres beaucoup moins. Cela reste du domaine du clin d'œil, ces personnages n'apparaissant pas vraiment dans le jeu. Seul leur nom est inscrit, leur apparence étant celle de joueurs classiques durant un match.



Blazing Star

L'intro de ce jeu (une intro sublime d'un jeu qui ne l'est pas moins) se termine par un plan sur un fœtus flottant dans l'espace. D'ailleurs on retrouve ce fœtus manifestement maléfique en tant que dernière forme du boss de fin. Comment ne pas faire un rapprochement avec le fœtus astral du film 2001, Odyssée de l'Espace ?



Double Dragon

Double Dragon, c'est avant tout un beat them all de 1987, signé Technôs. Après quelques épisodes, il est décidé de l'adapter au cinéma en 1994. Double Dragon sort dans les salles obscures, réalisé par James Yukich. Loin d'être inoubliable, ce film s'inscrit dans la parfaite lignée des adaptations cinématographiques de jeu vidéo décevantes.


Eh bien, comme pour Street Fighter, on va avoir le jeu du film du jeu, développé par Technôs. Autrement dit, le jeu adapté du film (lui-même adapté du jeu, pour ceux qui sont encore réveillés). Double Dragon sur sur Neo·Geo en 1995 et l'intro du jeu reprend quelques images du film. On peut y voir les trois acteurs principaux.
 

Marc Dacascos
 

Scott Wolf


Robert Patrick

Double Dragon reprend les personnages du film mais dispose de graphismes de style classique, contrairement à son homologue Street Fighter, entièrement (et horriblement) digitalisé. Pendant le jeu on peut aussi apercevoir des images du film.


Dans ce jeu on peut également noter ce qui est plus que probablement un clin d'œil à un film sorti en 1994 : Combats de Maître 2 (Druken Master II). Il y a déjà le personnage de Cheng Fu, inspiré par So Hachi avec sa technique de l'homme ivrogne.


Mais il n'y a pas que cela. Plus fort, la musique du stage de Cheng Fu est une reprise du générique de fin de Combats de Maître 2.
Générique de fin dans Combats de Maître 2
Musique du stage de Cheng Fu dans Double Dragon (sur Neo·Geo CD)


Eight Man

Le premier boss de ce beat them all semble inspiré par une célèbre créature cinématographique : le Predator. Ce dernier a notamment été incarné par Kevin Peter Hall, acteur mesurant 2m19. Il est mort en 1991 après avoir contracté le VIH suite à une transfusion de sang contaminé.
 

Boss du premier niveau
 

Kevin Peter Hall, le Predator


Galaxy Fight

Un des personnages du jeu, Musafar, n'est pas sans évoquer le RoboCop 2, du film éponyme. Il est possible que les programmeurs de chez SunSoft se soient inspirés de la suite des aventures de Murphy.



The King of Fighters

Après Baseball Stars Professional, voici un autre jeu où on peut voir le croque-mitaine des Griffes de la Nuit. Il s'agit de Choi Bounge, dont le look (chapeau, tenue rouge et verte) et l'arme rappelle le tueur mort-vivant de Wes Craven.
 

Choi Bounge
 

Freddy Krueger

Pour ceux qui doutent de cette simitude à cause de la taille de Choi (il est très petit), il faut savoir qu'à la base, Choi aurait dû être plus grand. D'ailleurs dans The King of Fighters 2000, on peut voir ce à quoi aurait pu ressembler notre ami aux longues griffes, en regardant le striker caché Cool Choi.


Cool Choi

Chin Gentsai semble inspiré de Siu Tien Yuen (Le Maître chinois, Le Chinois se déchaîne...). Chin ressemble surtout à So Hachi de Drunken Master (Le Maître chinois). En effet il possède la même chaussure trouée, fume dans la même pipe, il est ivrogne et surtout il utilise les même techniques (boxe de l'homme ivre).
 

Chin Gentsai
 

Siu Tien Yuen

Dans KOF '96, Mr Big adopte exactement la même pose que John Travolta dans La Fièvre du Samedi Soir. Stylé, non ?


En novembre 2009 la saga King of Fighters embrasse pleinement le cinéma avec une adaptation en film. Que dire de cette... chose ? L'intrigue est plus que moyenne, les effets spéciaux sont d'un autre âge et quant aux acteurs, on se demande ce qu'ils font là. Ils n'ont aucune ressemblance avec les personnages originaux. Encore concernant le physique, ce n'est pas leur faute, c'est celle du responsable du casting qui a besoin d'aller voir Alain Afflelou. Mais même pendant le film, on ne reconnaît pas les attitudes de nos combattants préférés. Street Fighter était loin d'être bon, mais il y avait une vague ressemblance. Ici, rien. Scénario inintéressant, acteurs au-dessous de tout, casting très mal fait, que reste-t-il à ce film ? Rien, il n'est même pas sorti sur grand écran aux États-Unis ou chez nous.
Il est injuste de dire qu'il n'a rien, en fait. Il a le mérite de faire rire, si on compare les originaux à leurs interprètes. C'est parti.



Quelle volupté !


Quel charisme !


Quel héros !



King of the Monsters

Le jeu King of the Monsters, sorti en février 1991, met en scène des monstres géants s'affrontant dans de grandes villes, à commencer par Tôkyô. Cela rappelle ces films de monstres japonais, les kaijû eiga. En effet King of the Monsters dispose, parmi les personnages qu'il propose, de deux monstres rappelant des "vedettes" de ce cinéma.


On peut y reconnaître les deux plus célèbres monstres de kaijû eiga : Godzilla et King King. L'un fut mis en scène en 1954 par Ishirô Honda et l'autre en 1933 par Merian C. Cooper Ernest et B. Schoedsack. Il y eut d'ailleurs un King Kong contre Godzilla en 1962.



The Last Blade

Ce personnage si vif (surtout en mode Speed) trouve en fait son inspiration dans le film Il était une fois en Chine. Jet Li y campait le rôle de Wong Fei-hung, un médecin adepte du kung-fu. Lee Recca reprend donc à la fois Jet Li ainsi que le véritable Wong Fei-hung.
 

Lee Recca
 

Jet Li


Last Resort

Outre son inspiration puisée dans Akira, Last Resort (très bon shoot them up signé SNK à ne pas rater, au passage) présente une similitude avec un film signé James Cameron. Non, il n'y a pas de paquebot heurtant un iceberg, ni de grandes créatures humanoïdes bleues adeptes d'écologie. Il s'agit du boss de fin du premier niveau. Il fait un peu penser à Terminator.
 

Boss du niveau 1
 

Le T-800


Metal Slug

Le quatrième stage de Metal Slug 2 a lieu en Chine. Voilà l'occasion d'y glisser un clin d'œil au cinéma "HK" avec l'affiche du film The Killer. Ce long métrage de 1989 est signé John Woo et a pour interprète principal Chow Yun Fat.
 

Metal Slug 2
 

The Killer

Épisode remixé, stages similaires, clin d'œil très proche : ici l'affiche fait référence à Fist of Legend, avec Jet Li. Ce film réalisé par Gordon Chan et Yuen Woo-Ping est sorti en 1994, c'est un remake de La Fureur de Vaincre.
 

Metal Slug X
 

Fist of Legend

Tout au long de la première mission de Metal Slug 2, on voit apparaître le chef local de l'armée rebelle au Proche-Orient. Avec son turban et sa barbe, on peut faire un rapprochement avec le rôle tenu par Pat Roach dans Indiana Jones et le Temple maudit (cet acteur est aussi présent dans d'autres épisodes de la saga Indiana Jones, si on fait attention).


À la fin de Metal Slug 2 et Metal Slug X, il y a une parodie de la scène du combat final d'un film de Roland Emmerich, Independance Day. Comme dans le film, un aviateur se sacrifie pour détruire une énorme soucoupe volante.


D'ailleurs, juste après cette attaque-suicide, le général Morden est libéré. Il est attaché à une grosse plaque de métal qui peut évoquer Han Solo emprisonné dans de la carbonite, dans l'Empire contre-attaque.


Cette fois dans Metal Slug 3, et plus précisément la mission 4, on peut voir des sortes de vers géants qui font penser au Cerveau du film Starship Troopers, réalisé par Paul Verhoven et sorti en 1997 (1998 en France). Metal Slug 3 étant sorti en 2000, on peut supposer qu'il y a une inspiration de la part des programmeurs du jeu.


On reste avec Starship Troopers avec ce qui semblerait bien être une reprise des gros insectes volants, capables d'emporter un humain en plein vol. Il y en a des similaires dès le milieu de la première mission.


Toujours dans Metal Slug 3, il s'agit d'ennemis volants. Ce sont des yeux surmontés d'un tentacule, lui-même avec avec un petit œil. Cela évoque les machines des Martiens dans le film La Guerre des Mondes de 1953. D'ailleurs ces dernières ne ressemblent pas vraiment aux tripodes décrits dans le roman original. Pour pousser plus loin son hommage à La Guerre des Mondes avec son invasion martienne, Metal Slug 3 propose par ailleurs des ennemis ressemblant assez fortement aux tripodes originaux.


À la fin de la mission 2, après s'être débarrassé d'extraterrestres immenses, apparaît le boss de fin de niveau. Il fait tomber d'énorme blocs de pierre taillée qui peuvent rappeler le fameux monolithe du film 2001, Odyssée de l'Espace, de Stanley Kubrick.


On reste avec Metal Slug 3 et plus particulièrement la dernière mission, particulièrement longue. Après avoir vaincu l'armée rebelle et après qu'un coéquipier et Modern se soient fait enlever, il y a alliance avec l'armée du général rebelle. La guerre se déplace dans l'espace pour une phase de shoot them up vertical des plus réussies. La musique qui accompagne ce passage peut faire penser au thème du générique de la série télévisée Star Trek. Petite comparaison :
- Musique issue de Metal Slug 3
- Musique issue de Star Trek

Cette fois nous passons à Metal Slug 4, et plus particulièrement le dernier niveau. On se retrouve confronté à des hordes de Morden, qui bien entendu sont des faux. Une fois détruits, il s'avère qu'il s'agit de robots, lesquels peuvent rappeler le T-800 des films Terminator.



NAM-1975

Ce shoot them up héritier de Cabal possède quelques clins d'œil au film Full Metal Jacket, réalisé par Stanley Kubrick, et qui se déroule également au Viêt Nam.

Commençons par trois captures d'écran du jeu : elles sont presque des copies parfaites d'images du film.
 

Intro du jeu
 

Adam Baldwin
 

Les deux premiers boss
 

Vincent D'Onofrio
 

Avant-dernier boss
 

Ngoc Le

Regardons à présent attentivement le casque du soldat dans l'intro du jeu : il y est marqué "to kill", comme lors d'un des écrans de fin (visible ci-dessous) et surtout... comme sur l'affiche du film Full Metal Jacket. On peut y lire "Born to kill".
 
 

Un autre film ayant pour trame de fond la Guerre du Viêt Nam est Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola.
NAM-1975 y fait allusion lors de son intro avec une image tirée de la scène d'ouverture du film, avec Martin Sheen. Dans ce long métrage, ce dernier campe le capitaine Willard.
 

Intro du jeu
 

Martin Sheen


Power Spikes II

Ce jeu propose deux trois championnats : Hyper League, World Men et World Women. Eh bien, dans le premier, l'arbitre n'est pas sans rappeler Johnny, le robot des films Short Circuit.



Quiz Dai Sousa-sen: The Last Count Down

Il s'agit d'un quiz exclusivement en japonais. Il regorge d'une bonne quantité de clins d'œil. Certaines analogies sont flagrantes, d'autres beaucoup, beaucoup moins. À chacun de se faire son opinion. Petit passage en revue...























Samurai Shodown

La première référence qu'on rencontre concerne un personnage, Gen-An Shiranui. Il est armé d'un gant à lames qui n'est pas sans rappeler celui de Freddy Krueger (incarné par Robert Englund), le tueur de la célèbre série de films de Wes Craven. On peut également faire un rapprochement avec le personnage principal d'Edward aux Mains d'Argent (joué par Johnny Depp), un film signé Tim Burton.


Toujours en rapport avec Gen-An, nous allons à présent nous pencher sur son stage, dans Samurai Shodown II. Cela va être l'occasion d'évoquer un film de Ridley Scott de 1979. Gen-An et les siens font bouillir une marmite dans laquelle on peut voir des crânes humains ainsi qu'un Alien en train de mijoter.


C'est à présent le stage de Kuroko qui va nous permettre d'évoquer deux films du même genre. Tout en haut du stage, il y a des katakanas qui n'en sont pas : il s'agit de lettres latines déformées. Il est inscrit le mot "Redrum", comme dans le film Shining de Stanley Kubrick, réalisé en 1980.


Le niveau de Kuroko est censé présenter des planches d'anatomie faites par Léonard de Vinci. C'est le cas, sauf pour une. Si on la regarde de près, elle a clairement l'air morbide et, surtout, rappelle une série de films de Sam Raimi (non, pas Spider-Man). Dans Evil Dead, il est question du livre fictif Necronomicon. Une double page de ce livre est reprise dans le stage dont il est question, et cela ne dépareille pas tant que cela au milieu de tableaux plus scientifiques.



The Super Spy

The Super Spy est un jeu d'action à la première personne (et surtout pas d'espionnage) datant de 1990. Son scénario parle de terroristes et d'un immeuble Tadoya pris en otage. Des terroristes, un immeuble japonais en otage, cela ne vous rappelle rien ? Eh oui, il semblerait que The Super Spy reprenne à son compte le scénario de Piège de Cristal, film avec Bruce Willis, réalisé en 1988 par John McTiernan. Un groupe de terroristes prend en otage l'immeuble Nakatomi Plaza.



World Heroes

C'est l'homme à l'origine de tout dans le scénario de World Heroes. Il invente une machine à voyager dans le temps afin de regrouper les meilleurs combattants du monde, toutes époques confondues. Ce savant inventant une telle machine semble un hommage (ou un plagiat ?) au rôle tenu par Christopher Lloyd dans la trilogie Retour vers le Futur, films sortis en 1985, 1989 et 1990. Il y campait un savant excentrique ayant transformé une DeLorean DMC en machine à voyager dans le temps.
 

Dr. Brown
 

Dr. Emmet Brown

Le boss du premier World Heroes a la faculté de se transformer en n'importe qui et semble fait d'un métal liquide... comme le T1000 dans le film Terminator 2, sorti un an auparavant. Ce dernier était incarné par un Robert Patrick particulièrement efficace de froideur et de détermination. Là encore, on peut se demander s'il s'agit d'un hommage (pour un film datant d'un an, on peut douter) ou d'un plagiat, histoire de trouver une (bonne) idée toute faite pour un boss aux capacités étonnantes.
 

Geegus
 

Robert Patrick, le T-1000

Finissons ce passage en revue des "Héros du Monde" avec un clin d'œil appuyé à Marilyn Monroe. Rasputin prend une pose qui évoque immanquablement 7 ans de réflexion.



Zed Blade

Si on laisse tourner la démonstration de ce jeu de tir horizontal signé NMK, on a droit à la présentation des trois protagonistes. Le troisième peut évoquer le personnage de Maverick, dans Top Gun, incarné par Tom Cruise.




Conclusion

Le générique défile, il est temps de se lever et de faire un point sur la projection proposée. Premier constat, les films de science-fiction et d'action ont une place prépondérante dans les similitudes évoquées. Deuxième chose, la saga Metal Slug (surtout les épisodes 2, X et 3) ne se prive pas de souvent faire référence au cinéma. Le cas de Double Dragon est à part, puisqu'il s'agit d'un jeu directement adapté d'un film.

Ces analogies révèlent-elles un manque d'inspiration ? Pas si sûr et, hormis quelques cas douteux comme le T-1000 dans World Heroes ou la provenance de Choi Bounge, cela relève bien plus souvent du clin d'œil, voire tout simplement de la parodie.

Dans tous les cas, toutes ces similitudes montrent (une nouvelle fois) que les jeux vidéo en général, et sur Neo·Geo en particulier, fourmillent de petits détails que les fans se font un plaisir de relever. La Neo·Geo n'a pas fini de révéler tous ses petits secrets.


Auteur : Tarma
Mise en page : Tarma



Remerciements et sources

- Le forum Neo·Geo Fans
- AlloCiné
- Bad Movies
- Jones Jr.
- 1UP !
- Tokyo Five
- Cranky Critic
- Notre Cinéma
Neogeofans est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 18h51.


Édité par : vBulletin® version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
Neo-Geo Fans !